Comprendre le Yosemite National Park en 11 points


Forêts, montagnes, rivières, chutes d’eau, vallée glaciaire et blocs de granit colossaux posent le décor de ce lieu découvert en 1868 : Yosemite National Park (prononcez Yosemiti, s’il vous plaît !) est le troisième plus grand parc de Californie mais aussi l’un des plus anciens.

1. Des paysages vertigineux

Yosemite National Park est un site splendide offrant des points de vue et des paysages à couper le souffle : des prairies verdoyantes aux lacs de montagne, des forêts de sapins aux majestueux séquoias géants, des rafraîchissantes rivières aux puissantes chutes d’eau surplombées par d’immenses blocs de granit sans oublier une extraordinaire vallée… on comprend facilement pourquoi ce parc est inscrit au Patrimoine mondial de l’Humanité (Unesco) depuis 1984.

2. Un parc grandiose victime de son succès

Facilement accessible et doté de paysages spectaculaires, Yosemite National Park attire chaque année des millions de visiteurs. Une affluence qui n’est pas sans conséquence sur sa préservation : certains ne se gênent pas pour jeter en pleine nature des déchets non périssables (bouteilles en plastiques, canettes de soda, mouchoirs…) ou pour nourrir des animaux sauvages (ceux de petites tailles comme les écureuils).

Autant de comportements abusifs pourtant sévèrement punis par les Rangers mais visiblement pas suffisamment pour que ces irrespectueuses personnes changent définitivement d’attitude. Ce genre de faits inadmissibles pose aussi un grave problème environnemental  car vous pourrez tristement constater une fois sur place que le comportement de certains animaux est carrément perturbé : on voit par exemple des écureuils grignoter des bouts de plastique ou des emballages carton ! La négligence d’un touriste aurait même causé il y a quelques années le troisième incendie le plus important de l’histoire de la Californie… C’est pour dire…

Qui dit affluence touristique dit aussi monde sur la route : pour éviter les pertes de temps inutiles dans les embouteillages (surtout dans la vallée) et être sûr de trouver une place où laisser votre véhicule en toute sécurité, je vous conseille d’arriver sur place le plus tôt possible.

3. Utiliser les navettes pour vous déplacer

Plus de 315 km de route permettent de découvrir l’ensemble du Yosemite National Park : parfois étroites et souvent sinueuses, ces voies de circulation situées en pleine montagne sont empruntées par des milliers de visiteurs chaque jour. Pour faire des économies d’essence, limiter la pollution, éviter les embouteillages et s’économiser physiquement, certaines voies ne sont ainsi accessibles qu’aux navettes du parc (gratuites et climatisées) qui desservent toutes les 10 minutes environ en pleine saison les secteurs de Yosemite Valley et Glacier Point : n’hésitez pas à les emprunter !

4. Un parc immense

Yosemite s’étend sur 3 080 km2 et se divise en plusieurs secteurs :

  • Wawona et Mariposa Grove au Sud (1 220 m) et sa forêt de séquoias géants
  • Glacier Point (2 200 m) domine la vallée de Yosemite
  • Yosemite Valley (1 200 m) est le secteur le plus fréquenté. Paysages de renommée mondiale
  • Tuolumne Meadows ( 3 000 m) avec ses vertes prairies et ses lacs de montagne

Deux jours sur place vous permettront déjà de découvrir quelques incontournables et de faire aussi quelques petites randonnées fort sympathiques. Glacier Point et Tuolumne Weadows sont des zones pouvant être fermées à cause de la neige (parfois jusqu’à début juin !) : renseignez-vous sur l’état de ces routes avant de partir.

5. Des prix exorbitants

Dans l’enceinte du parc, tout coûte cher : hôtels, supermarché, activités, essence, souvenirs… Et s’il est quasi impossible d’échapper à quelques dépenses sur place, anticipez un max votre arrivée et faites des provisions ! De même, réservez votre hébergement au moins six mois avant votre venue pour bénéficier des meilleurs prix et être sûr de trouver ce que vous cherchez d’autant qu’il y a plus de demandes que d’offres sur place : ceux qui ont un budget no limit opteront pour un hôtel situé à l’intérieur du parc ; les autres trouveront un motel un peu moins cher en périphérie. Quant aux aventuriers, ils profiteront de l’un des 18 campings situés dans l’enceinte du parc avec la possibilité qu’un ours vienne se balader autour de leur tente pendant la nuit !

6. Une vie sauvage très active… Gardez vos distances

Le Yosemite National Park est l’une des grandes zones privilégiées de la faune et de la flore du continent américain. Durant votre visite, vous serez peut-être amené à croiser : pumas, ratons-laveurs, daims, biches, lynx, coyotes, renards, reptiles, lapins, écureuils… sans oublier une multitude d’oiseaux. Si vous vous levez tôt, vous aurez beaucoup de chance de voir quelques-unes de ces espèces, certaines endémiques !

A chaque randonnée que je faisais, je n’étais pas très tranquille : je me demandais si j’allais croiser un ours ou un puma (et pas un lapin ou un écureuil, hein ?) me demandant si j’allais éventuellement crier, fuir, faire la morte, reculer lentement, faire un back-slide ou encore agiter mes bras… Mais en dépit de la peur de me retrouver face à l’un ou l’autre de ces gros prédateurs, j’eus malgré tout la chance de croiser un lynx, 6 ours (dont 2 oursons), plusieurs daims, deux énormes ratons-laveurs et des dizaines d’écureuils, le tout en 3 jours de visite.

Saviez-vous que le mot yosemite signifie grizzly en langue indienne (tribu des Uzumatis) ? C’est donc tout naturellement que l’ours noir est devenu l’animal emblématique du parc. Sachez que malgré son appellation, son pelage varie de cannelle à blond.

Pour préserver cette faune (et notamment les ours dont l’odorat est très perturbé par les nombreuses odeurs émanant de nos produits de consommation troublant ainsi leur comportement : ils peuvent plier en quelques secondes la tôle de votre véhicule s’ils détectent une odeur sympa à l’intérieur…), les Rangers conseillent de ne rien laisser traîner dans votre voiture (denrées alimentaires et produits de toilette que les ours confondent à leur odeur avec de la nourriture…) et d’être muni d’une bear box (disponibles dans les Visitors Centers) afin d’y stocker tout ce qui pourrait vous mettre, vous ou l’ours, en danger. Les ours qui arrivent à voler de la nourriture propre à l’homme peuvent devenir agressifs et ils doivent être abattus.

Et comme toujours dès lors que je parle d’animaux sauvages : gardez vos distances, ne chercher ni à les caresser, ni à les nourrir !

7. Des toilettes sèches très puantes

S’il est agréable de se délecter de l’odeur des pins durant la balade en forêt, celles des toilettes sèches installées dans de petites cabanes en bois en pleine nature est en revanche insoutenable : flottant dans l’air et ballotées au gré vent, je vous assure que ces effluves sont irrespirables, surtout par 38°C… Alors à moins d’être un pro de l’apnée, de se sentir le courage d’aller faire ses besoins dans la forêt peuplée d’animaux sauvages (mmmm…) ou d’attendre tant bien que mal le retour à la civilisation, entrer dans ce type de toilettes relève du véritable défi. Bonne chance !

8. Des litres d’eau… ou rien !

Le printemps et le début de l’été sont les meilleures périodes pour découvrir les chutes d’eau du parc : de Yosemite Falls en passant par les Vernal Falls, les Nevada Falls ou Bridalveil Falls, des dizaines de milliers de mètres cubes d’eau coulent durant cette période à une cadence infernale dans un bruit parfois assourdissant. Deux rivières viennent rafraîchir vallée et prairies : la Merced River et la Tuolumne River. Sans oublier les lacs et les réservoirs.

usa - etats unis - californie - california - yosemite national park - yosemite national park - yosemite valley - el capitan - lower yosemite fall - half dome

Yosemite National Park – Yosemite Valley

Une expérience phénoménale : attendez-vous à être mouillé !

9. Une multitude de chemins de randonnées

A la belle saison, il y a de quoi se faire plaisir en matière de balades : selon les paysages et les défis que vous recherchez, vous trouverez forcément chaussure à votre pied, de la rando facile aux excursions plus longues et aux dénivelés parfois difficiles.

10. Des géants de granit aux géants des cimes

Les voyageurs qui organisent leur road-trip dans ce coin de la Californie n’ont pas toujours le temps de combiner la visite de Yosemite avec celle de Sequoia National Park. Bonne nouvelle : il est possible de voir de magnifiques séquoias géants de plus de 2 000 ans dans l’enceinte même de Yosemite National Park, du côté de Mariposa Grove.

11. Un parc multi-sports

Yosemite National Park est l’endroit idéal pour les amoureux de la nature et les sportifs : escalade, randonnée, kayak, jogging, vélo, sorties à cheval, pêche… Il y en a pour tous les goûts et tous les niveaux.

Conclusion

Pour plus de détails sur chaque coin du parc, n’hésitez à pas à consulter mes autres articles consacrés au Yosemite National Park :

By Elodie Cabrera
Live, Love, Smile & Travel !

Envie de laisser un commentaire ?