Une voûte céleste souterraine à Waitomo ? Non, des vers luisants !


En route pour la visite enchanteresse d’une Glow Worms Cave (une grotte de vers luisants) à Waitomo

L’idée de parcourir des galeries dans des grottes calcaires riches en formations géologiques et scintillantes de vers luisants dans la contrée de Waitomo m’a séduit au moment même où je planifiais mon road-trip en Nouvelle-Zélande.

Les compagnies qui assurent ce type de visites sont nombreuses et les prestations variées, de la simple visite commentée à pied à la découverte des grottes en rappel, en bateau ou assis sur une bouée géante qui descend le lit de la rivière dans le noir : aussi, avant de vous précipiter, je vous conseille de comparer les prix et les sorties proposées sur le web, et surtout de réserver vos billets en amont de votre venue !

J’ai choisi Spellbond avec la découverte combinée (3h15) : Glow Worms Cave + Cave of the Spirit (ou Te Ana ou Atua en Maori). Norman sera mon guide. Le groupe est composé d’une dizaine de personnes de tous âges ; nous montons à bord d’un mini bus, direction l’arrière pays (15 min).
Durant le trajet, Norm’ nous donne des explications sur la géographie du paysage qui défile sous nos yeux ; j’apprends par exemple que le mot wai signifie eau en Maori et que tomo veut dire gouffre : Waitomo, signifie donc le « gouffre rempli d’eau » !

Une fois sur place, nous coupons à travers champs dans un décor de carte postale pittoresque jusqu’à la rivière où je découvre, cachée par une intense végétation, l’entrée de la Glow Worms Cave. Évidemment, compte tenu de l’expérience qui m’attend, je dois laisser mon trépied dans le bus : je devrais me débrouiller pour faire des photos aussi nettes que possibles d’autant que les flashs sont interdits.

elodie cabrera - pix from the roads - blog - blog voyage - nouvelle zélande - new zealand - waitomo

NZ Waitomo, paysage de l’arrière pays

Norman nous équipe de casques de chantier dotés d’une lampe frontale : l’aventure peut commencer ! Nous marchons en file indienne et quelques mètres suffisent déjà à nous plonger dans un univers sombre, étroit, humide et mouillé où la température frise les 10°C (veste recommandée et chaussures fermées) : plongés dans les entrailles de la terre, nous dépendons maintenant de la seule lumière émise par nos lampes frontales.

Nous faisons une première halte au bout de quelques minutes, au moment où je prends conscience que le manque de lumière me met vraiment mal à l’aise. Cependant, si je ne distingue plus Norman dans le noir qui nous enveloppe désormais totalement, il nous explique que nos yeux vont petit à petit se familiariser avec cette obscurité gênante qui révèlera d’ailleurs d’ici quelques minutes la magie du lieu.

Petite histoire du vers luisant arachnocampa luminosa

Ces vers luisants encore au stade embryonnaire vivent en colonie partout en Nouvelle-Zélande dans les milieux forestiers humides, et en particulier dans les grottes traversées par des cours d’eau. Une fois adulte, ils ressembleront à de petits moucherons : ils ne pourront alors plus se nourrir et l’unique but de leur courte vie (seulement 2 à 4 jours) sera de se reproduire pour assurer la survie de leur espèce.

Les glandes rénales de ces petits êtres produisent des hormones qui leur permettent de rayonner : l’intensité de leur lumière varie, elle réduit au contact de la lumière (d’où l’importance des photos sans flash) et augmente au moindre bruit.
Cette lumière va également leur assurer une nourriture régulière en servant d’appât aux petits insectes vivant dans le cours d’eau qui traverse la grotte : une fois adultes, ces petits êtres aquatiques quitteront le monde de l’eau pour celui des airs : perdus au milieu de l’obscurité, ils voleront vers ce rayonnement qu’ils trouveront rassurant sans savoir qu’ils seront piégés avant même de l’atteindre par la multitude de petits fils de soie visqueux et collants qui pendent des parois, produits par les larves des vers luisants eux-mêmes qui viendront alors se régaler de ce festin…

Habituée à l’obscurité, je suis maintenant hypnotisée par cette voûte céleste souterraine

Je constate avec soulagement que mes yeux s’habituent enfin au manque de lumière. Et ça tombe bien car Norman nous demande d’éteindre complètement nos lampes : nous voilà plongés dans l’obscurité la plus totale. Enfin… pas tout à fait car je peux – comme par magie – maintenant admirer un spectacle qui me laisse sans voie : des glow worms scintillent par milliers ! C’est fabuleux.

elodie cabrera - pix from the roads - blog - blog voyage - nouvelle zélande - new zealand - waitomo - grotte - vers luisants - glow worms - glow worms cave - voie lactee - voute celeste - voute celeste souterraine - spellbound

NZ Waitomo, Glow Worms Cave © http://pvtistes.net

Nous prenons place silencieusement comme abasourdis par tant de merveilleux à bord d’un pneumatique piloté dans le noir (45 min) par Norman via un ingénieux système de cordes tendues, ce qui permet d’ailleurs de ne pas utiliser de moteur et donc de ne pas perturber cet environnement si calme. Confortablement installée, il y a maintenant au-dessus de moi une voûte céleste souterraine, une voie lactée, absolument grandiose et magnifique. Le moment est solennel : des dizaines de milliers de vers luisants m’offrent ici un spectacle naturel sans égal, suspendus au plafond de la grotte, éclairant le lit de la rivière. C’est tout simplement magique, et sauf le clapotis de l’eau qui poursuit sa route vers les profondeurs de la Terre et le son d’une petite cascade au loin, il n’y a aucun élément extérieur perturbateur.

elodie cabrera - pix from the roads - blog - blog voyage - nouvelle zélande - new zealand - waitomo - grotte - vers luisants - glow worms - glow worms cave - voie lactee - voute celeste - voute celeste souterraine - spellbound

NZ Waitomo, Glow Worms Cave © Spellbound

Le pneumatique avance très lentement ce qui me permet de m’imprégner des lieux tranquillement : bruit, odeur, vision… Je savoure chaque instant. C’est incroyable. Mes yeux voient dans la noir. Je discerne chaque aspect de la roche. L’embarcation nous amène aussi parfois près de ces petits êtres scintillants. C’est fascinant. Je suis émue : j’ai envie de pleurer devant tant de beauté.
Une fois débarqués, alors que je suis toujours hypnotisée et catapultée hors du temps par ce que je viens de vivre, nous reprenons le chemin à pied en sens inverse, toujours dans le noir mais cette fois-ci avec une assurance étonnante comme si faisions nous-mêmes partie de cette obscurité, profitant toujours de la lueur émise par les glow worms.

A la sortie, je suis littéralement éblouie par la lumière naturelle, même indirecte. Avec mes compagnons d’aventure, nous échangeons nos impressions autour d’une pause avec thé, café, chocolat chaud et cookies.

En route vers une seconde grotte, la Cave of the Spirit

Nous marchons ensuite jusqu’à la seconde grotte où la température est encore plus fraîche : poétiquement appelée Cave of the Spirit ou Te Ana ou Atua en Maori, cette grotte fut la première dans la contrée de Waitomo a avoir été explorée à la lumière de la bougie par le Dr Arthur Thompson vers 1849 à la demande du Dr Richard Owen, un anatomiste du British Museum qui souhaitait collecter des fossiles ou des os d’oiseaux.

elodie cabrera - pix from the roads - blog - blog voyage - nouvelle zélande - new zealand - waitomo - grotte - vers luisants - glow worms - glow worms cave - voie lactee - voute celeste - voute celeste souterraine - spellbound - larve - cave of the spirit -

© Spellbound AclearMarchDay

De chambre en chambre, nous découvrons cette autre merveille de la nature qui abrite quelques glow worms mais surtout des stalagmites, des stalactites, le squelette d’une chèvre et le fossile d’un Moa, une sorte de gros oiseau ressemblant un peu à une autruche aujourd’hui disparue. La visite se ponctue par la découverte grandiose de la cathédrale, naturellement éclairée par quelques petits puits de lumière.

Conclusion : que penser d’une telle visite ?

Dans ces grottes privées, exploitées par la société Spellbond (d’ailleurs sollicitée par la BBC pour promouvoir ce merveilleux phénomène de vers luisants sur Planet, Earth and Life) et donc ouvertes au public, tout a été pensé pour que l’environnement soit respecté au mieux : les passerelles empruntées par les visiteurs ont été faites avec des matériaux de recyclage ; leur présence permet d’éviter que les empreintes du public ne détériorent pas le sol ; ces passerelles épousent aussi parfaitement les lignes naturelles des lieux tandis que les vis qui les maintiennent ne contiennent pas d’acier afin d’éviter tout dépôt de métaux lourds qui pourraient souiller les sédiments rocheux. Bravo car en comparant un peu les prestations sur le net, on ne peut pas dire la même chose de toutes les autres compagnies !

Comptez environ 75$NZ l’excursion pour la seule grotte des vers luisants. C’est un budget mais je vous assure que cette visite est un incontournable à faire en NZ !

Demain, direction la contrée de Tanaki et ses légendes incroyables !

By Elodie Cabrera
Live, Love, Smile & Travel !

Envie de laisser un commentaire ?