Comment organiser un road-trip aux États-Unis ?


Les images qui me viennent à l’esprit sont tellement nombreuses au seul fait d’évoquer les États-Unis : puissance économique, gratte-ciels, espaces démesurés, rêve américain, rock’n’roll, cinéma, parcs nationaux… Cette destination réserve de bien belles surprises. Mais pour en apprécier ses vastes étendues, rien de tel qu’organiser un petit road-trip !

Pourquoi choisir les États-Unis pour les vacances ?

Entre paysages grandioses, villes singulières et activités à faire sur place, chacun de mes voyages dans ce pays fascinant m’a permis de découvrir et de voir des trucs incroyables… Je tente d’ailleurs de répondre ici à cette question si vaste : pourquoi partir en vacances aux USA ?

Quand partir ?

Tout dépend de l’état dans lequel vous vous rendrez. Certains sont en effet si grands que le climat n’est pas le même d’un bout à l’autre de ses frontières : en Californie par exemple, le mois de juin est une bonne période pour visiter San Francisco ou Los Angeles mais fuyez la Death Valley ou le désert de Mojave qui affichent déjà plus de 38°C en journée. L’archipel d’Hawaii au contraire est un petit paradis où il fait bon partir toute l’année. Bref, renseignez-vous !

Les formalités d’entrée sur le sol américain

Entrer sur le sol américain, ça se mérite ! Et peu importe le nombre d’heures passées dans un avion pour arriver ici, le passage à la douane est une étape intimidante et inévitable durant laquelle il convient de vous montrer encore capable de patience.

  • avant votre départ, faites votre demande d’ESTA en ligne (environ $ 14 par personne, valable 2 ans)
  • dans l’avion pour les États-Unis, on vous remettra un document qu’il faudra assidûment compléter
  • en tant que touriste, vous pouvez rester sur le sol américain durant 90 jours
  • il faut être muni d’un passeport biométrique avec validité minimale de 6 mois à compter de la date d’entrée dans le pays

Organiser l’itinéraire de son road-trip

A moins d’être un intrépide, je vous recommande de planifier un minimum les étapes de votre voyage au risque de passer à côté des choses intéressantes et surtout, de ne pas tenir votre budget.

  • adaptez votre périple à vos envies : culture, urbain, gastronomie, nature, aventure…
  • planifier les grandes étapes de votre itinéraire
  • calculer les distances entre chaque étapes en amont du voyage sur Google Map par exemple afin de vérifier si le road-trip est faisable

Voici les différents road-trips que j’ai pu effectuer à ce jour aux États-Unis :

Quel budget ?

Le budget global pour un road-trip aux États-Unis comprend l’avion + la voiture + l’essence + la nourriture + l’hébergement + les activités + les sorties + les dépenses personnelles = difficile donc de chiffrer tout ceci d’autant que tout dépendra de votre façon de voyager…

  • les taxes ne sont jamais incluses dans les prix affichés
  • vous trouverez des distributeurs (ATM) partout
  • feuilletez les magazines pour touristes qui offrent des coupons de réductions très intéressants
  • pour tous services (taxis, guides, valet…), le pourboire (tips) est obligatoire (entre 15% et 18%)

Si vous réglez vos achats par CB, on vous demandera « credit » ou « debit » : je n’ai jamais compris la différence ; ça correspond au système bancaire américain. Attention aussi aux frais bancaires de votre agence qui peuvent faire considérablement augmenter le budget vacances sans que l’on y fasse attention…

Où dormir ?

Selon le type de voyage que vous souhaitez effectuer, vous aurez le choix entre hôtels, motels, guesthouses et logement chez l’habitant (type Airbnb) par exemple. Les motels ont vu le jour aux États-Unis vers 1925 avec l’amélioration du système autoroutier permettant de faciliter la traversée du territoire américain. C’est l’architecte Arthur Heineman qui construisit les premiers de manière à ce que les automobilistes puissent directement garer leur véhicule devant la porte de leur chambre.

Avant mon premier voyage aux USA en 2012, les motels attisaient en moi une sorte de curiosité étrange pour ces lieux qui ont souvent au cinéma un petit côté glauque. Mais derrière le mythe, les établissements dans lesquels j’ai dormi étaient pour la plupart très bien tenus et abordables. Les chambres sont généralement spacieuses mais mal insonorisées. A disposition sur place : piscine dehors, et dans la chambre, TV, penderie, micro-ondes, cafetière et serviettes de toilette.

Est-il nécessaire de réserver un hébergement pour toutes ses nuitées ?

  • Oui, pour avoir une idée précise du coût de votre voyage et comparer les avis des voyageurs sur le net
  • Non, si vous aimez l’aventure

Attention : si l’offre en matière d’hébergements à Las Vegas ne pose aucun problème si vous vous y prenez à la dernière minute, il en sera différent pour San Francisco où les prix des hôtels grimpent vite. Idem avec les logements proches du Yosemite National Park qui sont prit d’assaut des mois avant la haute saison !

Où manger ?

Le plus souvent, je fais mes courses au supermarché : c’est économique, cela me permet de manger frais et local. Je m’offre un resto selon mes envies et mon budget, et si je suis chez l’habitant, je peux utiliser sa cuisine pour des festins gargantuesques !

Louer une voiture

Vous êtes français, vous avez +21 ans et êtes titulaire du permis de conduire français ? Vous pouvez louer une voiture aux États-Unis sans avoir à demander un permis international ! Les -25 ans devront toutefois payer un petit supplément. Avant toute chose, je vous invite à comparer les tarifs avant votre départ sur le web qui varient parfois pas mal d’une agence à une autre. Les principaux loueurs américains sont Alamo, Avis, Budget, Dollar, Enterprise, Hertz, National, Sixt et Thrifty.

  • Quel type de voiture louer ? Lors d’un road-trip, la voiture devient un peu votre 2e maison… Et vu le nombre de kilomètres que vous vous apprêtez à effectuer avec, privilégiez la sécurité. Si votre budget vous le permet, optez pour un SUV, plus confortable qu’une simple berline. Assurez-vous aussi que votre voiture soit équipée d’une plage arrière (toutes n’en sont pas pourvues là-bas) : vos bagages seront ainsi à l’abri des regards lors de vos virées. Attention, tous les véhicules sont automatiques !
  • Les frais d’abandon. Si vous louer votre véhicule dans une ville et que vous la rendrez dans une autre, vous devrez payer des frais d’abandon qui varient selon les loueurs. Certains états comme la Californie ne sont pas concernés.
  • Attention aux péages. Demander au loueur s’il existe des péages sur les routes que vous allez devoir emprunter. Si la réponse est oui, je vous conseille de payer en avance ces frais sous forme de forfait comme ce fut le cas pour moi en Floride car contrairement à la France, il n’y a pas de personnes physiques ni de réelles barrières aux péages américains qui sont seulement marqués par la présence de radars qui flashent votre plaque d’immatriculation au moment de votre passage à un point donné. Or, si vous ne disposez pas d’un abonnement ou que vous n’avez pas prépayé ce forfait au moment du retrait du véhicule au loueur, vous serez surtaxés au moment de rendre votre véhicule à l’agence.
  • Les assurances. Chaque agence propose, en plus du prix de location de la voiture, parfois plusieurs assurances (vol, crevaisons, accidents, dégâts matériels…). Avant de partir, demandez à votre assurance en France (responsabilité civile obligatoire) si votre souscription vous couvre : vous ferez alors de sacrées économies.
  • Réservoir vide ou plein ? Selon l’agence avec laquelle vous traiterez pour la location de votre voiture, vous aurez le choix entre prendre/rendre le véhicule avec le réservoir plein ou vide. D’un point de vue économique et pratique, mieux vaut prendre l’option « réservoir plein ».
  • Coût de l’essence. Pendant un road-trip, les arrêts dans les stations services seront nombreux. Pas de panique : comptez environ 2,69 $ pour 1 gallon (presque 4 l). Veillez toujours à avoir le plein d’essence car vous traverserez parfois des zones désertes durant les heures et des heures…
  • GPS ? Carte routière ? Les deux ? Un GPS peut s’avérer pratique et rassurant pour certains. Je n’en ai encore jamais utilisé : d’une part, je n’en ai pas et surtout, leur location est très chère, à partir de $ 25/jour selon les agences. Mieux vaut donc préparer son itinéraire avant de prendre la route : Google Map fait partie de mes meilleurs alliés de même que la traditionnelle carte routière.

Le code de la route aux États-Unis

Une chose est sûre : ne faites pas votre malin aux USA car la police ne rigole pas !

  • 1 miles = 1,6 km
  • les ceintures de sécurité sont obligatoires devant et derrière
  • les voies de circulation sont très larges
  • les piétons sont toujours prioritaires
  • il existe des croisements à 4 STOPS : on s’engage par ordre d’arrivée au carrefour
  • on peut « griller » avec prudence un feu rouge pour tourner sur la droite (sauf indication contraire)
  • on se repère en North, South, East and West… Pas toujours évident de savoir dans quelle direction on doit aller !

Que mettre dans sa valise ?

En tout premier lieu, pensez à vous munir d’un ou plusieurs adaptateur(s) électrique(s) ! Ensuite, tout dépend du type de voyage que vous allez faire : votre valise sera différente pour New York, les Keys (Floride) ou une virée dans les grands parcs nationaux comme Sequoia National Park. Pour le voyageur qui manquerait un peu d’organisation dans la préparation de sa valise, je vous invite à lire ici un article consacré à ce sujet qui vous offrira quelques trucs et astuces futés pour ne rien oublier d’important.

Conclusion : faire un road-trip aux USA, ça craint ou pas ?

Pas vraiment et j’ai pourtant plusieurs périples dans différentes états à mon actif dans ce pays ! Évidemment, je n’ai jamais traîné dans les rues by night sur Hollywood Bvd à Los Angeles par exemple ni fréquenté les endroits réputés dangereux de certaines grosses villes. Voici les plus grosses peurs que j’ai eu :

  • quand j’ai crevée dans le désert du Nouveau-Mexique, sans réseau et à 7h de route de toute habitation (septembre 2013)
  • quand mon regard a croisé celui d’un skinhead dans les rues de Roswell (septembre 2013)
  • quand j’ai constaté que le distributeur à glaçons de mon motel était plein de sang (septembre 2013)
  • quand la police m’a demandé de modifier mon itinéraire car des bandidos avaient été repérés sur la route (septembre 2013)
  • quand je me suis rendue compte que je partageais ma chambre avec une tarentule géante en Californie (juin 2015)

D’une manière générale, tout s’est donc bien passé. Les gens que j’ai rencontré ont été très sympas. Dans tous les cas, un seul conseil : n’adoptez jamais un comportement à risque.

By Elodie Cabrera
Live, Love, Smile & Travel !

Envie de laisser un commentaire ?